Le château de Rouillac

 

Les textes nous rapportent qu'au XIVème siècle: «La paroisse de Rouillac a été désunie de la sirerie de Bergerac et de la Châtellenie de Montcuq, et qu'elle va porter jusqu'en 1789 le titre de juridiction» (1). Le château de Rouillac, qui était à l'époque le chef-lieu de cette haute seigneurie existe encore aujourd'hui, tout au moins en partie. Lors de son passage, le promeneur pourra apercevoir en cette place une grosse demeure en pierre, surmontée d'une toiture à forte pente. Contrairement à ses proches voisins de Gageac et de Saussignac, cet ancien château présente la particularité de se situer en plaine, au pied du coteau de Rouillac, au lieu-dit «la Tour». Construit au XIVème siècle, l'architecture de ce bâtiment rappelle un peu celle du château des Tours de Lenvèges sur la commune de Saussignac, érigé plus d'un siècle plus tôt. D'après Boisserie de Masmontet, les larges et profondes douves qui protégeaient cet édifice ont aujourd’hui disparu, comme d’ailleurs l’enceinte du château. Les tours ont été démolies, les créneaux démantelés, et le donjon carré de l'époque rasé au niveau du corps du logis. L’intérieur de la bâtisse a néanmoins gardé quelques traits de sa primitive physionomie. On peut ainsi y apercevoir une imposante cheminée d’époque, très originale avec ses deux petites tours de part et d’autre du manteau. Jadis, elle était armoriée, mais son blason a dû être martelé pendant la Révolution. Pour ce qui est des ouvertures, la plupart ont été transformées. Certaines ont toutefois conservé leurs larges embrasures caractéristiques, tandis que d'autres ont été réduites. A l'étage se trouvent également deux autres cheminées et de nombreuses fenêtres à meneaux qui ont été en partie aveuglées. Ces dernières sont encore munies à leur base de bancs en pierre, sans doute pour le guet. Possédé et habité en 1483 par Hélie de Roffignac, seigneur de Gardonne, le château de Rouillac passera plus tard aux familles de Bruzac en 1500, aux de Saintours en 1572 et aux de Vernejoul en 1700. en 1722, messire Joseph de Tascher, seigneur de Mensignac, acquit cette seigneurie. Il descendait de cette noble famille Tasher de la Pagerie dont un rameau a habité le Périgord et dont la branche aînée a donné à la France une de ses souveraines, l’impératrice Joséphine, femme de Napoléon 1er. Par la suite, la Tour de Rouillac a été possédée par les familles de Fonvieille, de Galibert et Saint-Exupéry. Aujourd’hui, elle appartient à la famille Bichon (1).


1 - BOISSERIE DE MASMONTET - Monographie du canton de Sigoulès - Ex traité de l'arrondissement de Bergerac - Editions Christophe LAFONT - 1985 - p 9.